Cabinet de Psychothérapie à Saint-Étienne

Psychothérapie humaniste et intégrative

Bruno Ganem, psychothérapie à Saint-Étienne

Psychothérapie humaniste et intégrative

C’est un médecin français, H. Bernheim, chef de file de l’École de Nancy (où il établit le rôle de l’hypnose sur le traitement des maladies), qui utilisa le premier le terme de «psychothérapie». A son origine, la psychothérapie se définissait «comme ce qui relève de l’influence de l’esprit sur le corps dans la pratique médicale». Elle a aujourd’hui un sens plus restreint et la définition la plus couramment admise se contente d’affirmer que la psychothérapie est «l’aide qu’un psychisme peut apporter à autre psychisme»(*). Cette affirmation implique le recours à des moyens pour y parvenir, et des buts pour en fixer les limites.


(*) Une définition plus complète de la psychothérapie, et reflétant le caractère intégratif et d'inspiration psychodynamique de l'approche que je propose pourrait être:
Traitement basé sur des procédés psychologiques; dont l'action s'établit dans le cadre d'une relation thérapeutique; se donnant comme objet les conflits qui s'expriment dans la vie intérieure d'une personne, et avec son environnement; qui tient compte des processus inconscients. Enfin, cette relation thérapeutique implique dans son action un processus de changement.

Les moyens de la psychothérapie sont extrêmement diversifiés et vont de l’utilisation de la parole comme unique vecteur de la guérison jusqu’à l’adjonction de techniques diverses, comme la médiation corporelle, la musique, l’art, le dessin, l’hypnose, l’EMDR par exemple. La prescription d’une thérapeutique biologique associée à la psychothérapie peut constituer l’essentiel du traitement, en particulier dans la prise en charge de malades atteints de troubles psychotiques. Mais, même dans ces cas, une bonne relation psychothérapeutique avec le patient s’avère indispensable.

De façon générale, quelles que soient les techniques envisagées, toutes gardent en commun l’utilisation à des fins thérapeutiques de la relation interpersonnelle. Ce point étant admis, la grande variété des techniques psychothérapiques démontre à l’évidence qu’il n’y a pas une mais des psychothérapies et que chacune d’elles comporte des indications particulières.
Quant aux buts recherchés, ils concernent essentiellement la disparition des symptômes et de la souffrance qu’ils entraînent ainsi que l’amélioration de la santé mentale au sens large.


Au cours du vingtième siècle, la psychothérapie a été directement liée à l’essor de la psychanalyse, ce phénomène s’étant produit également aux USA, et en Amérique latine.
Les autres méthodes psychothérapiques qui se sont développées parallèlement relèvent de quatre courants principaux :

  • -Comportementaliste et cognitiviste (les TCC)
  • -Humaniste (Gestalt-thérapie, Analyse transactionelle, Thérapie centrée sur la personne, etc.)
  • -Systémique (Thérapie familiale, école de Palo-Alto...)
  • -enfin le courant «éclectique et intégratif» (le psychothérapeute applique une méthode en fonction du patient et de son cas précis)


Source : P. Pichot et J-F. Allilaire, Rapport de l’Académie française de Médecine sur la psychothérapie en France.

Cabinet de psychothérapie du Millénaire - Bruno Ganem

  • 21 rue Émile Littré, 42100 Saint-Étienne
  • Tél : 06.19.88.07.72
  • eMail : bg@brunoganem.com